21. février 2019
Il s’agit d’une compression des particules d’air entourant l’avion qui se crée à haute vitesse et proche du Mach (Lors du déclenchement les avions filent à Mach 0,95). Plus l’air est humide plus les gouttelettes d’eau en suspension dans l’air sont présentes et se compriment : elles rendent ainsi le nuage plus dense. Il faut un parfait équilibre entre air humide… et la vitesse ! Le point de rosée ? Un peu dans ce genre la ! La singularité de “Prandtl-Glauert” qui...
PUBLICATION · 08. septembre 2018
Contribution images en couverture et pour le reportage (2 pages intérieures Pages 2 et 3) Aeropix'ailes - Patrice OLIVIER