L'Image se raconte...

Une histoire de bulles

De quoi s'agit-il ?

Il s’agit d’une compression des particules d’air entourant l’avion qui se crée à haute vitesse et proche du Mach (Lors du déclenchement les avions filent à Mach 0,95). Plus l’air est humide plus les gouttelettes d’eau en suspension dans l’air sont présentes et se compriment : elles rendent ainsi le nuage plus dense.

Il faut un parfait équilibre entre air humide… et la vitesse ! Le point de rosée ? Un peu dans ce genre la !

La singularité de “Prandtl-Glauert” qui concerne la compressibilité de l’air lors d’un vol supersonique n’est pas encore la ! C’est pourquoi il s’agit d’une “bulle de nuage” artificielle et non d’une “jupe” qui habille nos Mirage 2000.

L’apparition et disparition soudaine du phénomène s’explique par plusieurs facteurs: le premier est bien-sûr dû à la composition de l’air et le second aux vibrations de la structure de l’avion.

Les équipages de Mirage 2000 ont rarement l’occasion d’admirer ce genre d’effet, généralement ils sont dans cette bulle !

 

Ils sont très friands de ce type d’image et qualifie ce phénomène “Bubuller” !

La réalisation de l'image...

Une semaine d’immersion dans l’escadron de chasse 2/4 La Fayette....

Le contexte
La base aérienne 125 d’Istres le Tubé dans le sud de la France, situation géographique à la météo complexe, entre brume atmosphérique, les vents violents et les orages tout est réuni pour rendre un reportage photo impossible et lorsque la météo est clémente…. les Mirage sont capricieux ! Entre “Stop démo” et conditions météo les prises de vues aériennes tournent au cauchemar !
La semaine de reportage
Au sol, entre salle “ops”, salle de briefing et atelier mécanique les prises de vues s'enchaînent frénétiquement, la cadence “opérationnelle” de la BA125 est soutenu, les images pour le livre se réalisent bien, malheureusement côté aérien “Peanuts” !
.
Vendredi matin > Une seule démo et 5 secondes pour une image, c’est ma dernière chance ! 
8h00 arrivée en salle d’Ops la météo est mauvaise, pluie dense, lumière horrible, bref encore un matin moral en berne, Briefing 9h00, préparation 10h00, l’adjudant chef Courtillat qui m’accompagne renonce à prendre son matériel vu les conditions, je m’acharne quand même et nous filons en bord de piste sous les trombes d’eau… Peut-être que ! Je fais un pari, je monte le 600mm sur le D810 et on y va, vol 10h45, décollage et j’aperçois dans le collimateur des “bouts de ciel bleu” derrière les avions, la pluie cesse dès le premier “break” des Mirage c’est inespéré, enchaînement de figures, passage rapide Mach 0,95 10h55 … je shoote et rapidement c’est la fin de la démo, résultat: des images percutantes sur l’ensemble de la démo, mission accomplie ! Je souffle, heureux la semaine se révélera très fructueuse en images et formidables rencontres.